15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 20:32

À l'appel de l'AME de Condé-sur-Vesgre, 26 personnes se sont regroupées ce 14 avril 2012 autour de Christian, qui nous a fait bénéficier de sa compétence pour identifier les plantes, et de Réjane qui nous donnait ses recettes de cuisine ! Pour mieux répondre à des questions précises, nous pouvions consulter le livre de François Couplan « Le régal végétal ».

 

Pendant environ trois millions d'années, l'homme s'est nourri de plantes sauvages. En effet, l'agriculture date seulement de 10 000 ans, et pendant longtemps la cueillette subsista à ses côtés. Les premiers agriculteurs utilisaient, d'une année sur l'autre, les semences issues des plantes qu'ils avaient sélectionnées. Dans l'Europe féodale, les plantes sauvages acquirent un statut inférieur car les élites préféraient se nourrir de viande, de produits raffinés, de légumes et de fruits rapportés des expéditions qu'ils finançaient. Avec la révolutionindustrielle, les paysans, devenus ouvriers à la ville, s'empressèrent d'oublier les traditions. Ainsi, les plantes sauvages disparurent des pratiques, puis bientôt des connaissances des campagnards comme des citadins : deux générations suffirent.

 

C'est regrettable car la plupart de ces végétaux possèdent de remarquables vertus gustatives (Hum ! les fraises des bois !!!), nutritionnelles (par exemple, l'ortie contient sept fois plus de vitamine C que l'orange,  le cynorrhodon, fruit de l'églantier, jusqu'à 20 fois plus !) ou médicinales.

 

Et puis, la cueillette des plantes sauvages est une stimulation pour tous nos sens qu'elle nous aide à redécouvrir : la vue, l'odorat, le toucher et le goût.

 

Pendant notre matinée, nous avons repéré une cinquantaine de plantes en deux milieux différents :

Découverte de plantes comestibles le long de la Vesgre

  • - au bord de la Vesgre au centre du village (milieu humide ensoleillé),  l'angélique dont les tiges peuvent être confites dans du sucre,  l'aubépine dont les feuilles et les fruits sont comestibles, l'aulne dont les chatons peuvent être moulus en farine, la benoite dont la racine est un condiment proche du clou de girofle, la berce, plusieurs variétés de cardamine, le chardon, le cerfeuil, le charme, la ficaire, le frêne qui permet de fabriquer la délicieuse boisson appelée frênette, l'iris, le lamier, l'ortie, le lierre terrestre aromatique, la mauve, la pâquerette, le pissenlit, le plantain, la ronce, le saule, etc. ;

     

  • - le long du chemin et dans la prairie des pacages (lisière de forêt, prairie, sous-bois), l'achillée millefeuilles, l'aigremoine, l'alliaire, le bouillon blanc, le bouleau dont les bienfaits de la sève sont reconnus, la bruyère, la ciboule, la cirse, la consoude (ne pas en confondre les feuilles avec celles de la digitale !), l'épiaire (dite aussi ortie puante) dont les feuilles écrasées dégagent d'abord une odeur désagréable puis une odeur de champignon, l'euphorbe des bois,  le fraisier, le gaillet, la germandrée, la lampsane (ou herbe aux mamelles), la menthe aquatique, l'oseille, la potentille ansérine, la primevère officinale, la prêle, la reine des prés...

 

Attention, certaines de ces plantes ont des parties comestibles, mais d'autres parties sont toxiques ou irritantes.

C'est le cas de la ficaire, l'iris et l'euphorbe. Apprenons donc à bien les utiliser.

 

À la fin de la sortie, Réjane nous a fait déguster une quiche aux orties, de la gelée et du confit à l'ortie, qu'elle avait confectionnés elle-même. Elle nous a fait part de son expérience et  nous a donné quelques recettes.

  • - Des fleurs sont utilisées dans les salades et en décor : primevères, violette, pissenlit, mauve, véronique, bourrache, coquelicot, hémérocalle, acacia, glycine, pâquerette, rose trémière ;
  • - Les jeunes feuilles sauvages sont mélangées dans les salades et, quand elles sont moins tendres, cuites avec d'autres légumes du potager : pissenlit, plantain, berce, potentille, chénopode, mauve, oseille, arroche, lamiers ;
  • - Les feuilles de consoude, de bourrache et de laiteron peuvent se cuisiner en beignets.

     

Il y a 1 200 plantes sauvages comestibles en Europe selon François Couplan. Nous avons donc encore un grand chemin de découvertes devant nous.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre

  • : Le blog de l'AME de Condé-sur-Vesgre
  • Le blog de l'AME de Condé-sur-Vesgre
  • : AME de Condé-sur-Vesgre (Yvelines, 78) Association Mémoire et Environnement. Protection et mise en valeur du patrimoine historique et naturel.
  • Contact