21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 23:52

Ce lundi matin, le relevé habituel n'a pas trouvé de batraciens.

 

Lors d'un passage inopiné en matinée, une femelle de triton ponctué a été sortie d'un seau et a pu traverser la route sans danger.

Heureux hasard.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 22:58
Des grenouilles agiles et téméraires

Ont-elles lu le billet précédent de ce blog et voulu montrer que le crapauduc ne leur faisait pas peur ? Cinq grenouilles agiles matinales, mises dans le crapauduc, n'ont pas hésité pour foncer vers le fond de cette galerie, inconnue pour elles.

Un premier crapaud commun

Cette femelle veut faire mentir le blog qui associe frilosité et batraciens. Admettons quand même que cette nuit du 19 au 20 ne fut pas froide avec une oscillation de température entre 5 et 7 degrés, avec une forte humidité.

Ce crapaud commun change des grenouilles agiles qui monopolisaient le crapaudrome.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 22:23
Batraciens frileux

Cette migration pour la reproduction n'a pas démarré à la fête de Cupidon. Les températures assez basses ont refroidi bien des ardeurs. Au 19 février, après une semaine de fonctionnement, seules 6 grenouilles ont été dénombrées. Mais il n'y a pas de temps de perdu.

Et froussards ?

Ce samedi 19, deux grenouilles agiles sont tombées dans le regard du crapauduc côté Adainville (RA), regards qui avait un peu d'eau au fond. Sorties de ce piège, les migratrices ont été déposées à une vingtaine de centimètres (un avant-bras) dans le crapauduc. Contrairement à une de leurs congénères de début de semaine, plus aventurière, celles-ci sont revenues en arrière et ont préféré la piscine du fond du regard à cette galerie inconnue. Elles ont donc été transportées par les airs et déposées près de l'étang.

 

Avis aux bénévoles qui font les relevés : si vous déposez des batraciens dans le crapauduc et qu'ils ne filent pas instantanément vers le fond de la conduite,  vérifiez en fin de relevé qu'ils n'ont pas rebroussé chemin. Ils leur faudra quelques années pour comprendre l'utilité du crapauduc.

Mais encourageants

Par leur répartition, ces précurseurs ont permis, à leur insu, quelques tests. En ce début timide de migration, aucun batracien n'a été trouvé entre la route et les obstacles, signe qu'il aurait contourné le système ou sauté au-dessus du crapaudrome. Il est permis de conclure, temporairement au moins, que :
- l'obstacle est efficace, assez haut, sur ses deux tronçons, au  nord (à gauche en venant de Condé) ;
- l'extension vers Condé est sur un itinéraire de migration, et de longueur suffisante ;
- les regards en entrée du crapauduc suffisent à retenir des grenouilles.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 23:15
Premier batracien depuis l'installation

Une seule grenouille agile (Rana dalmatina) se trouvait piégée dans le regard à l'entrée crapauduc, en direction de Condé. Poussée dans la conduite, elle a descendu lentement une partie de la pente.

 

Ce soir du 14 février, bien que la reproduction soit la cause de la migration périlleuse qu'entreprennent ces vertébrés, la grenouille pionnière risque fort de manger du lapin.

 

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 22:00
Année de transition

Le bilan du crapaudrome de l'année 2010 a permis de convaincre la communaité de communes, la CCPH, d'aménager un crapauduc partiel, en tirant parti d'une conduite rectangulaire déjà existante et passant sous la chaussée. Le coût des travaux de génie civil s'est trouvé nettement diminué.
Cette conduite et le surcreusage des fossés devraient capter beaucoup de batraciens, spécialement dans le sens nord-sud, c'est-à-dire de gauche à droite pour l'observateur qui vient de Condé.

Le crapaudrome reste un complément indispensable, en particulier pour le sens sud-nord, une partie de la pente du crapauduc pouvant être difficile à franchir et l'absence de fossés ne canalisant pas les batraciens.

 

Le projet de crapauduc complet nécessite la pose d'une deuxième canalisation à fond plat sous la route, et d'obstacles pérennes pour conduire les batraciens vers les canalisations qui leur sont dévolues. Ce projet est très coûteux. Nous devons le réflechir attentivement et présenter un dossier précis  et rigoureux aux collectivités susceptibles de le subventionner.

Où poser la deuxième canalisation ? Affinage de la méthode de relevé

La réponse à cette question nécessite de connaître le ou les endroits de prédilection des batraciens. Pour ce faire, et contrairement à l'opération de 2010, le relevé tiendra compte de la répartition des animaux dans les seaux et dans les regards en béton aux deux entrées nord du crapauduc.

Les seaux ont été numérotés, de 1 à 14bis au nord ( à gauche en venant de Condé), de 15 à 44 au sud (à droite en venant de Condé). Le numéros 1 et 44 sont à l'extrémité vers Condé les numéros 14 bis et 15 sont à l'opposé, soit vers Adainville.

Les relevés quotidiens devront indiquer les populations trouvées dans chaque seau.
Ce travail sera plus long que celui de l'an dernier, mais indispensable pour que la construction du crapauduc soit efficace.

 La sauvegarde des batraciens est l'objectif qui nous mobilise et qui entraine quelques efforts.

Installation réussie

Ce 12 février, les bénévoles très majoritairement d'ATENA, ont procédé à l'installation du crapaudrome :  obstacle en bâche semi-enterrée, seaux, avec leur numérotation, signalisation, nettoyage des abords et de la route...

L'AME, des riverains  et des sympathisants, d'Adainville et de Condé, participaient également.

Nous les remercions tous pour cette construction.

 

Quelques enfants de l'école primaire sont venus avec leurs parents nous encourager. La relève...

 

La presse en parle

http://www.leparisien.fr/yvelines-78/un-crapaudrome-pour-sauver-les-batraciens-13-02-2011-1313098.php

 

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 10:08
La préservation de la biodiversité est une entreprise collective et sans fin

Comme en 2010, les associations ATENA et AME s'unissent pour l'installation et le fonctionnement du crapaudrome et se félicitent de l'accueil favorable renouvelé des riverains dans les propriétés desquels se trouvent les plans d'eau, lieux de reproduction des batraciens.

Les grandes étapes

L'installation aura lieu le samedi 12 février.  Les bras sont bienvenus.
Rendez-vous sur place à 9h et, pour le repas de midi, un local est mis à disposition par la mairie de Condé

 

Le planning pour les relevés quotidiens est piloté par l'AME. Si vous avez des disponibilités à l'aube ou au crépuscule, entre le 13 février et la fin avril, signalez-le à l'AME, par courriel ou en utilisant la rubrique contact de ce blog, de préférence avant le 10 février. Vous recevrez alors un courriel avec le formulaire de relevé et des fiches d'identification réalisées par ATENA.

 

Une réunion d'information aura lieu le 6 mars à 10h30 à la salle polyvalente de l'ABC à Condé (près du stade), pour apprendre ou réviser les consignes de sécurité et le mode opératoire (lien). Venir à un relevé avec une personne plus aguerrie est une occasion de travaux pratiques, pour quiconque se sentirait hésitant.

 

Les relevés auront lieu matin et soir. Chaque opérateur retournera à l'AME la fiche de relevé par mèl.

Un bilan régulier sera publié sur ce blog (bilan final :  lien).

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 10:01
Vivre à Bourdonné en 1900

 

Cette manifestation retraçait la vie du village en 1900 en évoquant largement la vie agricole et tous les autres aspects de la vie rurale de cette époque. En 2005, une fête de ce type avait été organisée dans le cadre de la commémoration du 100e anniversaire de la mort de José-Maria de Heredia et avait remporté un vif succès.
Cette année, les vieux métiers étaient bein représentés. Des démonstrations avaient lieu au lavoir, à la forge. On pouvait visiter l’intérieur d’une maison, la ferme, faire un tour en charrette tirée par des chevaux ou des bœufs.
M. Rouland, maire de Bourdonné, avait apprécié la terre dans tous ses états et avait sollicité la présence de l'AME à cette manifestation à Bourdonné.

 

Le stand de l'AME

 

L'AME a présenté sur des panneaux, illustrés par des documents spécifiques à Bourdonné :

- l’environnement en 1900 ;
   * la qualité et la gestion de l’eau, l’énergie;
   * l’impact des activités agricole et artisanale sur l’environnement ;
   * l’impact de la vie quotidienne sur les déchets ;
- le paysage ;
- les milieux naturels, le bâti.


La comparaison de cartes et des photos aériennes a essentiellement mis en évidence la suppression des arbres fruitiers dans les champs (même cultivés) et les prés et le remembrement.

 

 Les enfants pouvaient chercher les différences entre des dessins représentant un milieu  rural en 1920, en 1950, en 1970 et  en 2000.


Nous étions costumés comme tous les autres participants  pendant ces deux journées très agréables.

Notre stand a été fréquenté sans interruption et nous a permis de satisfaire la curiosité de nombreux visiteurs et de nouer de nouvelles relations. Certaines recherches effectuées pour Bourdonné nous seront utiles lorsque nous traiterons ces thèmes à Condé.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 00:01

Autrefois, la terre « dans tous ses états »  a été très présente à Condé : terre cuite pour la poterie et la briqueterie, terre crue pour la construction de murs et de maisons. l'AME a souhaité présenter ce matériau multiforme et ses multiples usages.

 

Dans une salle près de la mairie


Une carte géologique et une carte géomorphologique (plus rare) ainsi que des échantillons correspondants décrivaient les différents types d’argile et leur localisation.
La maquette d’un village gallo-romain de la Boissière montrait l’activité de poterie à La Boissière. Les potiers de l’époque venaient chercher la terre sur la commune de Condé.

 

Une visite de la briqueterie, située au Rouvray, nous a rappelé qu’un phalanstère a existé à Condé et qu’une expérience de vie communautaire a été tentée au début du XIXe siècle.

 

Au centre du village


Lionel Lamy, artisan, a restauré le mur en bauge d’une maison ancienne.
L ’association Maisons Paysannes de France présentait les différents types de construction en terre dans la région et dans le monde (1/3 des habitations sont encore en terre) et a fait une démonstration de torchis.
Réjane apprenait à se soigner avec de l’argile et Sophie  à soigner les animaux.
Des usages plus inattendus de la terre étaient représentés ça et là : ruches en terre, médicaments, litière pour chats…
Franck a fait cuire du pain dans un four en terre.

 

La qualité des œuvres et des explications des sculpteurs et des potiers a été appréciée par tous les visiteurs. Les enfants ont pu utiliser le tour pour fabriquer des bols.

 

La terre est un composant dans des technologies nouvelles.

Ce n’est pas seulement un matériau du passé, c’est un matériau d’avenir.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 23:02
Pourquoi cette action ?

Le crapaud commun et la grenouille agile sont, comme tous les batraciens (amphibiens), des espèces protégées dans notre pays. Ce sont des animaux à sang froid dont la vigueur est directement fonction de la température ambiante.  À l'instar des saumons, ils vont se reproduire là où ils sont nés. Le stimulus déclenchant  la migration vers le lieu de reproduction est principalement l'élévation de température en fin d'hiver. Les batraciens mettent leur vie en danger lorsqu’ils doivent franchir une route : à peine sortis de l'hibernation, donc peu vivaces, il leur faut de nombreuses minutes pour traverser une route, même étroite.

 

Un habitant de Condé nous a signalé l'hécatombe annuelle des batraciens au Gué Porcherel. Il en a également informé ATENA78 (voir Liens, sous le calendrier). Nos deux associations se sont donc unies pour y remédier.

 

Bilan : 952 batraciens, crapauds communs, grenouilles et tritons, ont profité du système. 74 ont été écrasés.

Crapaudrome et crapauduc

Le crapaudrome est situé près d'un plan d'eau, lieu de reproduction de beaucoup de batraciens, le passage de la route est alors fait par cette multitude d'individus. Il est constitué d'un obstacle qui empêche les animaux de traverser la route et de seaux enterrés dont le bord supérieur affleure : les animaux qui longent l'obstacle tombent, piégés, dans les seaux. Des volontaires relèvent quotidiennement les animaux dans les seaux, les identifient et les comptent, puis les relâchent de l'autre côté de la route.

L'opération se prolonge par sa symétrique,  pour le retour de migration.

 

Ce dispositif n'est pas une solution pérenne à la différence d'un crapauduc, conduite rectangulaire qui passe sous la chaussée.

Les écoliers sensibilisés

Le 15 janvier, César Robineau (ATENA) est intervenu auprès des élèves des écoles de Condé et Adainville. Il leur a présenté le cycle de vie des amphibiens, les différentes espèces et les caractères qui permettent de les identifier.

Un concours de dessin a été organisé. Les dessins choisis par chaque classe ont ensuite été affichés pour signaler le site.


Dessins des écoliers intégrés à la signalisation du site.

Dessins des écoliers intégrés à la signalisation du site.

Les adultes aussi

Le 6 février, une réunion a permis d'informer le public sur les mœurs des  batraciens, d'expliquer le pourquoi du crapaudrome et de fournir des renseignements pratiques. Des volontaires se sont alors proposés pour renforcer ATENA78 et l'AME.

Trois bons mois de travail

Le 13 février, une vingtaine de bénévoles s'est donné rendez-vous pour installer le crapaudrome, sur une longueur de plus de 100m, de chaque côté de la route.


Installation du crapaudrome, les pieds dans la neige.

Installation du crapaudrome, les pieds dans la neige.

 

Ensuite, jusqu’au 24 avril, 22 bénévoles se sont rendus sur place à tour de rôle, chaque jour, matin et soir, pour recueillir les batraciens dans les seaux et les faire traverser, mais aussi pour les compter après les avoir identifiés.

 

Bilan quantitatif : au moins 1026 batraciens ont tenté la traversée de la route. 952 ont profité du système. 74 ont été écrasés.

 

Bilan qualitatif : comme prévu, une écrasante majorité de crapauds communs (88%), mais aussi des grenouilles agiles, rousses et de couleur verte, quelques tritons palmés, ponctués et crêtés.

La fête de la nature

Le 22 mai, les batraciens étaient les vedette de la Fête de la nature à Condé-sur-Vesgre. Le bilan a été présenté au public. Des animations ont été organisées : présentation des espèces locales dans des aquariums, observation de larves au microscope, et à la tombée de la nuit, écoute du chant de ces batraciens près de l’étang du Gué Porcherel et de mares en forêt.

Perspectives

Le bilan est positif à plusieurs points de vue : préservation de la biodiversité, connaissance de l’environnement de proximité pour les condéens, démarche d’identification d’animaux par les enfants et les adultes, et puis une ambiance sympathique entre tous les bénévoles et les cris de joie des enfants découvrant un triton rare ou tenant une grenouille dans la main pour la première fois.

 

Les bilans, quantitatif et qualitatif, à consolider en 2011, permettront de poursuivre le dialogue avec la CCPH en vue de la réalisation d'un crapauduc.

 

L'opération est reconduite en 2011. Lien


Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 00:01

Nous ne voulons pas voir ces déchets sur le bords des routes ou dans la nature. L'AME a organisé plusieurs acitons de nettoyage des chemins (novembre 2008, Village propre en avril 2009, novembre 2009).

Que deviennent-ils dans le circuit de ramassage et de traitement ? Cette visite avait pour objectif de nous éclairer.

 

Bravant la température basse pour la saison  et le vent glacial, onze adultes et six enfants ont répondu à l'invitation de l'AME pour visiter le centre du SIDOMPE à Thiverval Grignon. Le SIDOMPE est le Syndicat intercommunal de destruction des ordures ménagères de Plaisir et des ses environs. il regroupe 106 collectivités locales. 

Accueil

A notre arrivée au centre de tri, nous avons été accueillis par Jonathan Freze, responsable de l’unité.
Il a commenté un film qui présentait les différentes étapes du tri des déchets recyclables et aiguisé notre curiosité !
Le centre de tri est conçu pour réceptionner, trier et conditionner les déchets recyclables issus des collectes sélectives des collectivités adhérentes du SIDOMPE

Visite

Nous avons visité le centre, munis d’écouteurs pour mieux comprendre notre guide qui utilisait un micro, car sans cet équipement le bruit ne nous aurait pas permis de l’entendre.  La visite a reconstitué le parcours des déchets.

 

Les camions déchargent les déchets collectés.  Ensuite, une chargeuse transporte les déchets et les dépose dans la trémie d’alimentation.

Un tapis roulant les emmène pour le premier tri : celui des « refus ».
Tous les déchets non recyclables sont retirés, ainsi que les cartons de grandes dimensions.

Puis un tri mécanique sépare les bouteilles en plastique du papier.
Le long de plusieurs lignes de tapis roulants, des personnes améliorent ce tri.
Ces employés portent des gants et retirent à un rythme soutenu des objets indésirables, voire très indésirables.
Nous avons tous été impressionnés par la pénibilité de cette tâche.


100304 Thiverval

 

Tri automatisé à gauche et tri manuel à droite.

 

Plus loin, grâce à un aimant, un « overland » récupère les objets en acier (boites de conserves, canettes).

Ensuite, les bouteilles en plastique clair sont séparées des bouteilles en plastique de couleur par un procédé optique, puis par une intervention manuelle.
Enfin, les déchets tombent par catégorie dans des alvéoles où ils sont stockés provisoirement.
Lorsqu’un certain niveau est atteint, les alvéoles se vident automatiquement et les déchets sont compactés.

 

Les déchets sont triés en 10 catégories :
-    cartonnette (ex. : emballage des packs de 12 yaourts),
-    carton brun,
-    aluminium,
-    acier,
-    briques alimentaires (lait, soupe, jus de fruits),
-    papier (journaux, magazines),
-    plastique PET clair,
-    plastique PET foncé,
-    plastique PEHD (ex. : bouteilles de lait),
-    résidus.

Si vous souhaitez plus de renseignements (et des photos), n’hésitez pas à consulter le site du SIDOMPE : http://www.sidompe.fr/ .

Recommandations

Nous avons pris pleinement conscience de l’intérêt de respecter les consignes de tri des déchets.


Notre guide recommande en particulier de ne pas jeter dans les poubelles jaunes :
-    les cassettes vidéo (les films abîment considérablement les machines de tri et bloquent la chaîne),
-    les sacs plastiques, les barquettes en polystyrène,
-    les gros cartons (la taille est correcte si le carton entre dans la poubelle).
Il faut également enlever les blisters autour des magazines et ne pas mettre un emballage dans un autre si ces emballages ne sont pas du même matériau (exemple : ne pas placer une brique de lait dans une boîte de céréales).

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 00:01
La récolte : 150kg en une matinée

Cette opération est la continuité de celle de 2008  et de l'opération  Village propre d'avril.

 

La douzaine de volontaires, répartie en trois équipes, a collecté 150 kg de déchets en une matinée.

 

Le centre du village est correctement entretenu mais la route de la mare aux biches et la route du Tabor au Gué Porcherel sont toujours des dépôts de canettes, de bouteilles et de déchets plus encombrants.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 21:50
Fidèles au poste

Comme en 2008, l'AME était à l'église Saint Germain de Condé-sur-Vesgre pour accueillir et renseigner les visiteurs.

Des conseillers municipaux participaient également à cette ouverture de l'église.

 

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 23:22
Visite commentée du jardin médiéval de Bois-Richeux

Le samedi 11 juillet 2009 l’AME de Condé-sur-Vesgre a organisé une sortie pour profiter de la visite commentée très intéressante du jardin médiéval de Bois-Richeux, près de Maintenon.

 

Près de trente personnes se sont regroupées pour cette visite.  Michel, le guide jardinier, nous a fait découvrir l’histoire de la ferme, une des plus anciennes fermes médiévales de France.

 

Les massifs carrés, maintenus par de l'osier palissé et dans lesquels se mêlent les aromates, les condiments et les simples, forment un damier régulier devant le logis. Le plessis de vigne et d’osier abrite le potager et le jardin de fleurs que les amoureux peuvent cueillir  en parcourant le cloître de charmes, à l'abri des regards, en contant  fleurette.

Sur le chemin du retour

Après cette visite, sur le trajet du retour, nous nous sommes arrêtés quelques instants à la ferme au Colombier de Néron (où nous avons pu acheter des produits bio) et au Manoir de Vacheresses.

 

 

Vous pouvez consulter les sites http://www.boisricheux.com et http://www.ferme-au-colombier.com.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 00:01

Ce 17 mai 2009, 23 adultes et 4 enfants ont pu admirer des curiosités botaniques condéennes, dont deux espèces particulièrement protégées en Île-de-France. L'itinéraire de 4 km environ a permis de découvrir des mileux humides, ombragés et ensoleillés avec leurs différences de flore.


Annonce de la sortie botanique du 17 mai 2009 - Photos de Dactylorhiza maculata à gauche et d'Ophrys apifera à droite

 

Dactylorhiza maculata à gauche, Ophrys apifera à droite.
Clichés Evelyne B. - 2005 et 2004.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 23:07
Préparatif de la classe de mer

Découvrir des oiseaux marins est enrichissant, mais pouvoir les comparer aux oiseaux qui nous entourent toute l'année, c'est mieux.

En effet, les élèves allaient partir en classe de mer et visiter une réserve ornithologique. Les enseignantes souhaitaient qu'avant de partir, les enfants connaissent les oiseaux de leur village.
L'AME est intervenue dans ce but devant deux classes, avec Alain Pernot, du CERF (voir la rubrique Liens de notre blog)
L'objectif était d'apprendre aux enfants à identifier les oiseaux d'après différents critères (forme, couleurs, chant, etc.).

Intervention en plusieurs temps

Un diaporama permettait l'observation des oiseaux les plus familiers. Le lien entre la forme du bec et l'alimentation de l'oiseau a été souligné. Les diapositives d'un oiseau étaient accompagnées du chant de celui-ci, pour l'écouter, le mémoriser et l'associer.


Petits travaux pratiques pour se dégourdir les jambes, les écoliers sont sortis près de l'étang et sur le bord de la Vesgre. L'essai d'identication des oiseaux d'après leur chant n'a pas été très concluant car obtenir suffisamment de silence pour isoler le chant d'un oiseau n'était pas une mince affaire.

 

Le retour en classe a été consacré à l'observation des nids et des œufs.

La distribution d'un dessin de rouge-gorge à colorier suivant un modèle permettait une coupure ludique.

 

Enfin, une feuille d'observation des oiseaux a été remise à chaque élève pour être utilisée pendant la classe de mer.

Acquisition d'une démarche d'identification

Cette feuille d'observation des oiseaux demande aux enfants de repérer plusieurs traits pour trouver le nom de l'oiseau : les couleurs, la taille, les caractéristiques du bec, des pattes, des ailes, de la queue, du vol, de l'attitude.

Cette observation visuelle de l'animal n'est pas le seul moyen. Il faut aussi tenir compte du chant, éventuellement du nid et des œufs.

Bilan positif

Des enfants nous posent encore des questions sur les oiseaux lorsque nous les croisons :

« Madame, les traces dans la neige, c'est quel oiseau ? »

Cette intervention a donc au moins éveillé leur curiosité.

 

La démarche d'identification d'un animal est maintenant appliquée pour les batraciens par des élèves qui ont participé à l'opération Crapaudrome en 2010.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 01:31
Coopération avec le comité des fêtes et la commune

L'opération Village propre s'inscrit dans la continuité de l'opération du 4 novembre 2008 (voir l'article).

 

Le 4 avril 2009, l'AME a été rejointe par le comité des fêtes de Condé-sur-Vesgre et a bénéficié du soutien de la commune pour cette opération Village propre. L'association Ram d'ane a également apporté son concours, deux ânes se prêtant au port de charges.

 

Une cinquantaine de volontaires, de 7 à 77 ans, ont été accueillis dès 9h30 autour d'une collation offerte par le comité des fêtes. Des affiches et des prospectus les informaient sur les déchets et leur recyclage.

 

Répartis en 6 équipes, gantés, parés de gilets de sécurité, de sacs et de seaux, ils ont parcouru tous les secteurs de la commune. La récolte de chaque équipe a été pesée et, bien entendu, triée.

Butin volumineux

À midi, le bilan était impressionnant : entre 350 et 400 kg de déchets, allant des papiers aux bouteilles, en passant par des pièces de voitures (amortisseurs, essieux, pneus...).

 

Espérons que cet évènement et ses relais dans la presse sensibiliseront nos concitoyens, Condéens ou personnes de passage, et diminueront les incivilités.

Échos médiatiques

Mercredi 8 avril 2009, Les nouvelles de Yvelines

 Les nouvelles des Yvelines en parlent

Jeudi 9 avril 2009, L'action républicaine

 L'action républicaine en parle

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 00:01
Préserver la biodiversité...

Les bords de route et des chemins offrent des habitats particuliers qui présentent également l'avantage d'être accessibles au public. La flore qu'ils abritent et la faune que celle-ci attire sont donc en exposition gratuite pour qui veut l'observer.

 

Les milieux variés présents sur la commune, secs ou humides, calcaires ou acides,  ensoleillés ou ombragés, se reflètent dans ces bords de route et les espèces animales et végétales que l'on y rencontre.

 

Une bonne vingtaine d'espèces végétales, protégées à divers titres, sont recensées officiellement sur la commune par l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN : http://inpn.mnhn.fr/isb/index.jsp). Toutes ne sont pas présentes en bordure de voirie.

Citons par exemple la Lobélie brûlante, l'Orchis négligée ou le Piment royal.

 

 

Lobélie brûlante, Condé-sur-Vesgre, juillet 2010

 

D'autres espèces protégées, animales et végétale, se rencontrent égalementsur la commune, mais ne sont pas recensées, ainsi l'Ophrys abeille, l'Orchis bouc ou la Mante religieuse.

 

 

Mante religieuse, Condé-sur-Vesgre, septembre 2005

 

L'AME a identifié des secteurs biologiquement intéressants et a dressé une cartographie sommaire.

Et la sécurité

Le fauchage est indispensable aux usagers de nos routes et chemins pour leur confort et leur sécurité.

Les bords de route fauchés restent praticables pour les piétons, sans hautes herbes, ni broussailles.

La visibilité n'est pas réduite par cette végétation et par les arbustes qui ne manqueraient pas de se développer en quelques années.

 

Les propositions de l'AME ont tenu compte de ces impératifs.

 

Le fauchage, parfois agressif au point de décaper le sol, pratiqué en laissant l'herbe broyée sur place (mulching) conduit à un apport excessif d'azote et à une banalisation et une uniformisation de la flore.

Les dates de fauche sont favorables à certaines espèces, dont la floraison et la fructification ont pu se dérouler sans encombre, soit avant, soit après, et défavorables à celles dont le calendrier végétatif rencontre la lame de la broyeuse. C'est un facteur de réduction de la diversité.

 

La situation n'est pas pour autant désespérée. Il suffit d'informer, de proposer et d'agir, comme le fait l'AME.

Agir avec les acteurs de l'entretien

Il a fallu identifier les acteurs chargés de l'entretien des différentes voies, travail moins simple qu'il n'y paraît.

A-t-on affaire à des particuliers, à la commune, à la communauté de commune, au conseil général, à l'ONF ?

Ce travail d'identification réalisé, l'AME est ensuite entrée en relation avec les collectivités concernés, la commune et la communauté de communes du pays houdanais (CCPH).

 

La CCPH, principale interessée, a été contactée dès janvier 2009. Le dialogue  a permis de déboucher sur différents scénarios selon les secteurs :

*  fauche sur une largeur réduite mais suffisante pour assurer la sécurité des usagers ;

*  fauche de certaines périodes supprimée (soit au printemps, soit à l'automne). 

Travailler dans la durée

La collaboration avec les acteurs publics continue. Comme en 2009, les fauches de 2010 ont été modulées.

 

L'impact positif de cette action sur quelques espèces ne doit pas faire oublier que d'autres sont peut-être moins visibles et attendent une modulation de la fauche dans les secteurs où elles poussent.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 20:49
Un chantier tristement efficace

Ce matin du samedi 8 novembre 2008 à 10 heures, cinq membres de l’association étaient rejoints au parking du cimetière par deux adultes et deux enfants, concernés comme nous par leur environnement, pour ce chantier.
En gilets fluorescents, gantés, armés de sacs et de seaux (pour le verre), partis en direction du terrain de camping, les volontaires ne sont allés que jusqu’au carrefour avec la rue de la cavée.
En effet, à 12 h 30, le volume de déchets au bord de la route de la mare aux biches et du chemin dans le petit bois était très important.

Des résultats que l'on voudrait oublier

L'inventaire des trouvailles est hétéroclite :
-  5 batteries de voiture ;
-  3 pneus dont un avec jante ;
-  5 pots de peinture de 25 kg dont 2 pleins ;
-  un douzaine de cubitainers de vin ;
-  des canettes en métal ;
-  des bouteilles en plastique à n’en plus compter ;
-  du matériel électronique ;
-  une trentaine de bouteilles en verre ;
-  1 sac poubelle de 100 litres de verre pilé ;
-  3 sacs poubelles de 100 litres de papiers de bonbons, de filtres et de paquets de cigarettes, de boîtes de produits vitaminés et d’objets divers.

Une remorque a été nécessaire pour ramasser les objets les plus lourds et les plus encombrants (photo).


remorques des déchets encombrants et lourds

Un traitement écoresponsable et citoyen de la récolte

Les bouteilles en verre ont été triées et aussitôt mise dans la cloche à verre du parking du cimetière.

Le samedi après-midi, l'opération s'est poursuivie à la déchetterie de Houdan.

Dimanche matin, les pneus ont été portés dans le container prévu à cet effet par le garage Roady de Maulette.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 22:40
Des préparatifs pour grands et petits

 

L'AME a levé un plan et préparé un dépliant illustré éclairant sur l'architecture, le mobiler et l'histoire de l'église Saint-Germain.

 

Un questionnaire à destination des enfants leur permettait d'éprouver leur sens de l'observation.

 

L'église Saint-Germain de Condé-sur-Vesgre

 

L'accueil des visteurs

Les 20 et 21 septembre 2008, les visiteurs de l'église ont été accueillis par des membres de l'association  et des conseillers municipaux.

Ils pouvaient trouver le dépliant préparé pour eux et obtenir oralement des renseignements.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 23:44
Entraide des associations

L'AME à peine sortie des limbes, une délégation de quelques membres a participé au chantier de nettoyage des chemins organisé le 30 août 2008 par l'association voisine Bazainvillage.

La solidarité fait partie des valeurs associatives.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre

  • : Le blog de l'AME de Condé-sur-Vesgre
  • : AME de Condé-sur-Vesgre (Yvelines, 78) Association Mémoire et Environnement. Protection et mise en valeur du patrimoine historique et naturel.
  • Contact