27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 00:01

Préserver la biodiversité...

Les bords de route et des chemins offrent des habitats particuliers qui présentent également l'avantage d'être accessibles au public. La flore qu'ils abritent et la faune que celle-ci attire sont donc en exposition gratuite pour qui veut l'observer.

 

Les milieux variés présents sur la commune, secs ou humides, calcaires ou acides,  ensoleillés ou ombragés, se reflètent dans ces bords de route et les espèces animales et végétales que l'on y rencontre.

 

Une bonne vingtaine d'espèces végétales, protégées à divers titres, sont recensées officiellement sur la commune par l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN : http://inpn.mnhn.fr/isb/index.jsp). Toutes ne sont pas présentes en bordure de voirie.

Citons par exemple la Lobélie brûlante, l'Orchis négligée ou le Piment royal.

 

 

Lobélie brûlante, Condé-sur-Vesgre, juillet 2010

 

D'autres espèces protégées, animales et végétale, se rencontrent égalementsur la commune, mais ne sont pas recensées, ainsi l'Ophrys abeille, l'Orchis bouc ou la Mante religieuse.

 

 

Mante religieuse, Condé-sur-Vesgre, septembre 2005

 

L'AME a identifié des secteurs biologiquement intéressants et a dressé une cartographie sommaire.

Et la sécurité

Le fauchage est indispensable aux usagers de nos routes et chemins pour leur confort et leur sécurité.

Les bords de route fauchés restent praticables pour les piétons, sans hautes herbes, ni broussailles.

La visibilité n'est pas réduite par cette végétation et par les arbustes qui ne manqueraient pas de se développer en quelques années.

 

Les propositions de l'AME ont tenu compte de ces impératifs.

 

Le fauchage, parfois agressif au point de décaper le sol, pratiqué en laissant l'herbe broyée sur place (mulching) conduit à un apport excessif d'azote et à une banalisation et une uniformisation de la flore.

Les dates de fauche sont favorables à certaines espèces, dont la floraison et la fructification ont pu se dérouler sans encombre, soit avant, soit après, et défavorables à celles dont le calendrier végétatif rencontre la lame de la broyeuse. C'est un facteur de réduction de la diversité.

 

La situation n'est pas pour autant désespérée. Il suffit d'informer, de proposer et d'agir, comme le fait l'AME.

Agir avec les acteurs de l'entretien

Il a fallu identifier les acteurs chargés de l'entretien des différentes voies, travail moins simple qu'il n'y paraît.

A-t-on affaire à des particuliers, à la commune, à la communauté de commune, au conseil général, à l'ONF ?

Ce travail d'identification réalisé, l'AME est ensuite entrée en relation avec les collectivités concernés, la commune et la communauté de communes du pays houdanais (CCPH).

 

La CCPH, principale interessée, a été contactée dès janvier 2009. Le dialogue  a permis de déboucher sur différents scénarios selon les secteurs :

*  fauche sur une largeur réduite mais suffisante pour assurer la sécurité des usagers ;

*  fauche de certaines périodes supprimée (soit au printemps, soit à l'automne). 

Travailler dans la durée

La collaboration avec les acteurs publics continue. Comme en 2009, les fauches de 2010 ont été modulées.

 

L'impact positif de cette action sur quelques espèces ne doit pas faire oublier que d'autres sont peut-être moins visibles et attendent une modulation de la fauche dans les secteurs où elles poussent.

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre

  • : Le blog de l'AME de Condé-sur-Vesgre
  • Le blog de l'AME de Condé-sur-Vesgre
  • : AME de Condé-sur-Vesgre (Yvelines, 78) Association Mémoire et Environnement. Protection et mise en valeur du patrimoine historique et naturel.
  • Contact