8 mars 2017 3 08 /03 /mars /2017 08:30

Depuis février, soit la fin de leur période d’hibernation, les amphibiens quittent leur cachette hivernale pour retourner vers la mare dans laquelle ils sont nés, poussés par le besoin de se reproduire. Dans cette migration, ils rencontrent des obstacles dont principalement celui d'une route à traverser sur laquelle ils se font souvent écrasés.

Ces animaux à sang froid dépensent beaucoup d’énergie dans leur régulation thermique et leur peau fine et perméable les rend dépendants de l’humidité lors de leurs déplacements terrestres. Par conséquent, ils migrent en fonction de la température et de la pluviométrie. Ainsi, les tritons et salamandres ont tendance à migrer tôt (dès janvier parfois), les grenouilles et crapauds un peu plus tard (nuit humide et température douce). Il arrive aussi que la migration soit extrêmement concentrée sur quelques jours.

Pour faciliter leur migration, des dispositifs de franchissement sont mis en place. A Condé-sur-Vesgre, il s'agit d'un batracoduc dont les travaux ont été réalisés en 2011/2012. C'est un dispositif pérenne constitué d'un système de rabattement et d'un passage souterrain qui permet aux Batraciens de pouvoir franchir la route en toute sécurité. Le passage direct sur la route est barré aux batraciens par des glissières de sécurité (habillage bois) dont le tablier métallique est légèrement enterré. Grâce à ce barrage, les Batraciens sont canalisés vers l'entrée de deux conduites à fond plat enterrées et passant sous la route.

Chaque année, quand la période de migration commence, des bénévoles de l'AME s'assurent que le barrage est bien étanche c'est à dire qu'il ne permet pas le passage au sol des batraciens. Ensuite, les batraciens migrent paisiblement à leur rythme. Le batracoduc est efficace puisque les batraciens ne sont pas retrouvés écrasés sur la route. Toutefois, de part et d'autre du dispositif, il arrive que certains batraciens qui viennent de plus loin traversent la route (en diagonale)  et se fassent écraser.

Si le batracoduc permet le passage des batraciens d'un côté à l'autre de la route sans intervention humaine, un autre dispositif, plus léger, nécessite un recours à de nombreux bénévoles. C'est le cas du crapaudrome dont un est installé à Gambais et fera l'objet d'un autre article sur ce blog...

Tablier méttallique de la glissière de sécurité empêchant le passage des batraciens sur la route

Tablier méttallique de la glissière de sécurité empêchant le passage des batraciens sur la route

Glissière de sécurité le long de la route

Glissière de sécurité le long de la route

Publié par AME de Condé-sur-Vesgre

  • : Le blog de l'AME de Condé-sur-Vesgre
  • Le blog de l'AME de Condé-sur-Vesgre
  • : AME de Condé-sur-Vesgre (Yvelines, 78) Association Mémoire et Environnement. Protection et mise en valeur du patrimoine historique et naturel.
  • Contact